Les ébats compromettants d'une hôtesse de l'air à bord d'un avion

Les hôtesses de l'air néerlandaises et la compagnie aérienne Transavia se retrouvent mêlées à un scandale, pour le moins sexuel.

Zone turbulente de Transavia. Le quotidien néerlandais Telegraaf a révélé que la filiale low-cost d'Air France doit en effet faire face à un scandale sans précédent. Une hôtesse de l'air néerlandaise de 46 ans, une hôtesse de l'air et d'autres serveuses ont été accusées d'avoir eu des relations sexuelles pendant un vol, ignorant les règles à bord. Et cela, y compris le pilote, est dans le cockpit. Oh mon Dieu! (Oh mon dieu, alors en néerlandais).


journal intime


Non, l'hôtesse ne veut pas gagner d'argent pour écrire des livres. Plus bizarre que ça. La romance a commencé lorsque son mari a vu son journal numérique, qu'elle utilisait depuis plusieurs années pour mélanger subtilement les affaires de ses collègues avec des anecdotes claires. Par désespoir – ou par vengeance – son mari a menacé d'avouer.

La compagnie aérienne a immédiatement porté plainte contre ce dernier, arguant que ses employés ont droit au respect de la vie privée. Entre-temps, une enquête interne a été ouverte. Selon le premier élément révélé par des médias néerlandais, ledit journal détaillera précisément : l'identité du protagoniste, le lieu et les circonstances des ébats, et même la date. L'entreprise semble également au courant. Cependant, cette dernière n'a pas reconnu les ébats de ses employés dans l'évasion, insistant sur le fait qu'aucune faille de sécurité n'avait été constatée.


Taille du poste de pilotage


Comme si l'histoire n'était pas assez tirée par les cheveux, les médias internationaux travaillent depuis des jours pour vérifier la véracité de la romance rapportée. Des experts de l'aviation tels que le journal néerlandais Algemeen Dagblad ont été appelés pour discuter de la taille du cockpit, de l'humidité du sol ou des risques d'appuyer sur des boutons lors de petites acrobaties aériennes dans l'avion. Bref, cette histoire aux multiples rebondissements continue de ravir à la fois Curiosity et le malheur de Transavia. Car cet homme, qui sera jugé en huis clos le 24 octobre prochain, sera sans doute sous les projecteurs.

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés