Vous prenez l'avion avec votre animal de compagnie ? Dix choses à savoir | Esprit-Aviation

Quand réserver son billet ?

En fonction de votre animal, de sa taille, mais également de la compagnie aérienne, de la durée du vol ou encore du pays d'escale et de destination, les règles sont aussi compliquées que mouvantes. Un mot d'ordre, dès lors : anticiper au maximum le voyage. D'abord en prévenant le plus tôt possible, au moment de l'achat du billet, la compagnie qui vous transportera, les places pour les bêtes à bord étant limitées. Ensuite, en consultant votre vétérinaire qui prescrira, au besoin, un calmant adapté. Enfin, au moment de l'enregistrement en ligne, en rappelant la compagnie afin de confirmer le voyage de votre animal et de connaître la marche à suivre pour son embarquement.

Quels animaux peuvent voyager en cabine? En soute ? En fret ?

Certaines compagnies n'acceptent aucun animal à bord à l'exception des chiens d'assistance. C'est par exemple le cas des low-cost easyJet et Ryanair. Chez d'autres transporteurs, les chiens et les chats (voire les furets) sont les bienvenus en cabine, avec une limite de taille et de poids (souvent comprise entre 5 et 10 kilos). Au-delà, votre animal devra voyager en soute, dans une cage homologuée par l'Association internationale du transport aérien (Iata). Si votre animal n'est autorisé à voyager ni en cabine, ni en soute, il vous restera la solution du transport en fret. Plus d'informations sur le sujet sur le site d'Air France-KLM Cargo.

Combien ça coûte ?

De quelques dizaines d'euros sur les vols court-courrier, le billet peut vite s'envoler sur certaines destinations internationales. Un exemple, chez Delta Airlines : le billet entre l'Europe et les États-Unis vous coûtera 200 euros, que votre animal voyage en soute ou en cabine. Chaque transporteur aérien appliquant ses propres règles et ses propres tarifs, nous vous conseillons avant votre voyage de jeter un œil à notre comparatif.

Quels animaux de compagnie sont interdits au transport ?

À cause de problèmes respiratoires, les chiens et les chats au nez retroussé ne sont que très rarement acceptés à bord des avions (c'est le cas des chiens carlins, boxers, bouledogues, shih tsu). Il en va de même pour les chats de race persan, british ou european shorthair, mais aussi, pour une autre raison, des chiens de catégorie 1 et 2 (chiens « d'attaque » et « de garde ou de défense »). Les chiots et chatons non sevrés sont aussi interdits dans les avions. Qu'en est-il de tous les autres types d'animaux de compagnie, des hamsters aux furets en passant par les reptiles et les oiseaux ? Une seule règle générale : les compagnies aériennes se réservent le droit de les faire voyager ou non. Une bonne solution pour y voir plus clair : contacter le spécialiste Air Transport Animal.

Quelle caisse de transport ?

Pour les chiens et chats autorisés à voyager en cabine, un sac de transport ou une cage peuvent être exigés dans les limites de dimensions d'un bagage cabine. Dans la soute, votre animal devra voyager dans une caisse homologuée par l'Association internationale du transport aérien (Iata) : taille, matériaux, aération, type de fermeture… En cas de non-respect des consignes, votre animal peut être refusé à l'embarquement. Une start-up française, Pita (pour Pets in the air) a conçu une caisse de transport en soute ultramoderne. Cette dernière propose gamelle d'eau, isolation thermique et sonore, amortisseurs, puce GPS et même accès aux données vitales de votre animal. Elle est disponible à partir de 699 euros.

Passeport, vaccin et puce électronique sont-ils obligatoires ?

Pour voyager au sein de l'UE, un passeport européen pour animal est obligatoire. Ce dernier doit être délivré par un vétérinaire et mentionne la description de l'animal ainsi que le nom et l'adresse du propriétaire. Il doit attester que votre animal a été vacciné contre la rage et qu'il est identifié par une puce électronique ou un tatouage. Pour voyager hors UE (de même qu'en Irlande, Suède, Royaume-Uni ou Malte) un traitement et des vaccinations supplémentaires peuvent être demandés. Il convient de se renseigner sur les réglementations sanitaires en vigueur dans le pays de destination ainsi que dans les pays de correspondance. Les conditions exactes sont disponibles sur les sites Internet des ambassades des pays concernés ou en contactant le ministère de l'Agriculture. Un exemple, pour se rendre en Australie, un chat doit être vacciné contre la parvovirose, la maladie de Carré et contre l'hépatite de Rubarth.

Dois-je recourir aux tranquillisants et sédatifs ?

Dans la mesure du possible : non. D'abord pour éviter de faire courir des risques inutiles à votre animal. Ensuite car beaucoup de compagnies refusent de transporter les animaux sous sédatifs. Votre vétérinaire seul pourra prescrire un traitement adapté en cas de mal des transports ou prévenir de gênes respiratoires possibles lors du vol. Pour votre chat, de nombreux sprays aux phéromones (Feliway, Felisept…) pourront être d'une grande aide. Nombre de vétérinaires conseillent également de recourir aux fleurs de Bach pour tranquilliser votre animal et lui éviter le mal des transports.

Quelles sont les conditions auprès d'Air France?

Auprès de la compagnie tricolore, voici quelques-unes des règles en vigueur :

  • Votre animal doit avoir tous ses vaccins à jour et être âgé d'au moins 10 semaines.
  • Pour un transport en cabine, seul les chiens ou les chats de moins de 8 kilos (sac inclus) sont autorisés.
  • Pour un transport en soute, les règles de transport et le déroulement du voyage sont détaillés ici.
  • Le transport en fret est obligatoire si l'animal et sa cage pèsent plus de 75 kg.
  • Les prix oscillent de 40 euros pour un vol domestique en cabine, à 200 euros pour un transport en soute sur un vol long-courrier.
  • Sont interdits dans tous les cas : les chiens de 1ère catégorie.
  • Rendez-vous à cette adresse pour se tenir informé des changements de conditions.

Y a-t-il des destinations interdites aux animaux ?

Jusqu'à nouvel ordre, le transport d'animaux en soute est interdit vers toutes les destinations de Chine ainsi que de Moscou à Paris.

Quelle responsabilité en cas de problème ?

Les compagnies déclinent toute responsabilité pour les frais engagés en cas de refus de transport de l'animal si les dispositions ne sont pas respectées. Il en va de même pour un refus de l'animal aux frontières du pays de destination. En cas d'accident lors du transport en soute, la situation est plus délicate et se termine parfois devant les tribunaux. Après 18 décès d'animaux à bord de ses appareils sur la seule année 2017, la compagnie américaine United a par exemple dû sortir son carnet de chèques et présenter des excuses publiques.

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés