Voyage : quel pays visiter en 2022 ? | Esprit-Aviation

En 2022, il est temps de repartir vers des horizons proches ou lointains, connus ou plus confidentiels, en combinant une bonne dose de nature, un trait de culture et un parfum d'exotisme. Voici notre sélection de destinations pour réveiller notre esprit voyageur.

Chypre (Europe)

Selon la légende, Aphrodite, la déesse de l'Amour, serait née dans l'écume des vagues au large des côtes chypriotes. Si ce n'est pas une motivation suffisante pour explorer cette île cachée à l'est de la Méditerranée, on peut ajouter un argument de poids : avec une moyenne de 340 jours d'ensoleillement annuel, Chypre est la destination toute saison par excellence. Cette belle inconnue insulaire, géopolitiquement coupée en deux, a des petits airs d'une Corse qu'on aurait inclinée à 45 degrés. Végétation et paysages méditerranéens, délicieuse cuisine aux influences mêlées, chaînes montagneuses taillées pour la randonnée et littoral sanglé de belles plages (de galets et de sable), tout est réuni pour un séjour de rêve. Et pour les amateurs de vieilles pierres, pléthore de trésors patrimoniaux, dont des vestiges byzantins dans le massif du Troodos et la cité antique de Salamine.

Meilleure période pour y voyager : d'avril à juin et de septembre à novembre.

Basse-Californie (Amérique du Nord)

La Basse-Californie (les initiés disent “Baja”), c'est l'autre Mexique. Cette langue de terre qui se déploie sur 1300 km avec, d'un côté, la mer de Cortez et, de l'autre, l'océan Pacifique, fait bande à part. Un peu comme un Cap Corse démesuré. Côté terre : des villes coloniales, des sierras culminant à plus de 3000 m, des canyons vertigineux, des plages idylliques et préservées, des étendues désertiques et une myriade de cactus géants. Côté mer : on nage en compagnie de baleines, de requins-baleines et d'otaries joueuses, dans une eau forcément turquoise. Un monde hors normes et une ambiance de Far West à découvrir en mode itinérant, façon road movie, ou bien en séjour dans un hôtel de charme les pieds dans l'eau.

Meilleure période pour y voyager : entre novembre et avril.

 

Îles Australes (Polynésie française)

Dépaysement assuré à 1h30 d'avion au sud de Tahiti, dans cet archipel du bout du monde (à 16.400 km de Paris), resté encore à l'écart des sentiers battus. Les Australes, c'est la Polynésie d'il y a 30 ans. Une bonne raison de s'y rendre en 2022. Paradis de l'écotourisme, les quatre îles de l'archipel (Rurutu, Rimatara, Raivavae et Tubuai) méritent le détour autant pour leurs paysages somptueux et variés (imaginez d'immenses grottes calcaires, des lagons étincelants et des îlots coralliens déserts) que pour leurs traditions, toujours intactes. Au programme : randonnées, excursions dans les lagons, observation des baleines, rencontre avec des artisans. Un coup de cœur ? L'île de Raivavae, un Bora-Bora en version miniature, sans les grands hôtels ni les foules.

Meilleure période pour y voyager : entre mai et novembre.

 

Côte d'Ivoire (Afrique de l'Ouest)

Ovni dans la galaxie touristique, la Côte d'Ivoire pourrait bien tirer son épingle du jeu en 2022, grâce à des atouts sérieux, et pas simplement le coupé-décalé. Un signe qui ne trompe pas : la chaîne hôtelière Möevenpick a inauguré un hôtel de luxe à Abidjan. Une bonne base pour explorer le littoral ivoirien, qui possède lui aussi sa Riviera, sur la presqu'île d'Assinie, le « Saint-Trop' » de la Côte d'Ivoire. Dans cette station balnéaire huppée, on s'adonne aux activités nautiques ou au farniente sur les plages paradisiaques de cette longue lagune. Dans le centre et le nord du pays, royaume de la forêt et de la savane, c'est une facette plus traditionnelle du pays qui se dévoile. Les rares visiteurs ont le privilège d'assister à de spectaculaires rituels, comme la danse des masques, dans des villages peuplés d'ethnies aux coutumes bien vivantes.

Meilleure période pour y voyager : de janvier à mars.

Bhoutan (Asie du Sud)

Ce royaume enclavé au cœur de la chaîne himalayenne, imprégné d'une solide culture bouddhiste, ne défraie jamais la chronique, comme si le tumulte du monde ne l'atteignait pas. Mieux encore, il est à l'initiative de la Journée internationale du Bonheur lancée par l'ONU en 2013 et a même créé un indicateur de développement très particulier, le BNB (Bonheur national brut), qui a entraîné de profonds bouleversements dans tous les aspects de la vie quotidienne. Agriculture bio, santé gratuite pour tous, bonne gouvernance, tourisme sélectif et durable… Dans ces temps troublés, un voyage au Bhoutan agit comme le plus puissant des antidotes à la morosité. Entre forêts verdoyantes, sommets enneigés, festivals traditionnels et monastères d'un autre âge, on vit un rêve éveillé dans ce petit joyau intemporel de l'Asie.

Meilleure période pour y voyager : de mars à mai et de septembre à novembre.

 

Luxembourg (Europe)

Le pays des banques et des institutions financières ? Haro sur ce cliché réducteur. Le Petit Poucet de l'Europe entend bien montrer que l'étendue de ses attraits dépasse la seule fiscalité. Et il y a matière à être séduit, à plus forte raison en 2022, puisque la deuxième plus grande ville du pays, Esch-sur-Alzette, est capitale européenne de la culture. Riche d'un impressionnant patrimoine industriel classé, Esch accueille pléthore de manifestations culturelles tout au long de l'année. Une visite que l'on peut facilement coupler avec la découverte de la romantique vallée de la Moselle, dont les coteaux couverts de vignobles rivalisent avec les plus belles routes du vin en France. Le centre et le nord du pays, très sauvages, combleront les attentes des adeptes du tourisme vert et d'activités nature. À ne pas manquer : le parc naturel de la Haute Sûre, harmonieuse composition de plateaux et d'étroites vallées qui se déploient autour d'un lac.

Meilleure période pour y voyager : de juin à septembre.

 

Ouzbékistan (Asie centrale)

Ah, les sortilèges de l'Asie centrale… Tamerlan, Marco Polo, les pistes caravanières de l'ancienne Route de la Soie, les cités de légende, les steppes désertiques… Qui ne rêve de découvrir Samarcande, Boukhara ou Khiva, ces villes oasis dont la seule évocation titille le plus profond de nos imaginaires ? Éblouissant métissage d'Orient et d'Asie, l'Ouzbékistan a tous les atouts pour être l'une des grandes destinations culturelles en 2022. Khiva, dans le désert du Karakoum, une ville fortifiée parcourue de ruelles tortueuses qui débouchent sur des palais, des mausolées et des mosquées, plonge les visiteurs au cœur d'une brillante civilisation. À Boukhara, où s'élèvent 140 monuments inscrits au Patrimoine mondial de l'Humanité, rien ne semble avoir changé depuis des temps immémoriaux. On finit en apothéose à Samarcande, généreusement dotée de grands sites historiques, dont la fastueuse place du Registan, encadrée de trois gigantesques madrasas (écoles coraniques) garnies de mosaïques et d'un dôme bleu.

Meilleure période pour y voyager : au printemps et à l'automne.

 

Égypte (Afrique du Nord-Est)

Plusieurs fois reportée en raison de la pandémie, l'inauguration du Grand Musée égyptien à Gizeh, à proximité des pyramides, est prévue en 2022. Adobe Stock

Ce devrait être le projet culturel du siècle. C'est ainsi qu'il est présenté par le ministre égyptien du Tourisme et des Antiquités. Plusieurs fois reportée en raison de la pandémie, l'inauguration du Grand Musée égyptien à Gizeh, à proximité des pyramides, est prévue en 2022 et devrait logiquement braquer les projecteurs sur ce pays. Le chantier de cette odyssée muséographique entièrement consacrée à l'égyptologie est (sans jeu de mots) pharaonique : la surface de ce nouvel établissement est équivalente à deux fois celle du Louvre ! L'Égypte de la culture fait toujours autant rêver. Après Le Caire, rien ne vaut une croisière au fil du Nil pour découvrir les trésors architecturaux de la Haute-Égypte et de la Nubie (entre Louxor et Abu Simbel). Et côté mer Rouge, compte tenu de la faible fréquentation des deux années passées, le corail ne s'est jamais aussi bien porté. Comme les requins bien dodus qui paradent autour des récifs d'Elphinstone et des Brothers.

Meilleure période pour y voyager : au printemps et à l'automne.

 

Laos (Asie du Sud-Est)

C'est une petite révolution dans le pays le plus zen d'Asie : cinq ans après le lancement du chantier, le Laos a inauguré sa première grande ligne de chemin de fer en décembre 2021, entre Vientiane, la capitale, et la frontière chinoise, soit 420 kilomètres et une dizaine de gares desservies. De quoi susciter l'engouement des amateurs de slow travel et de voyages en train en 2022, même si la descente du Mékong reste la voie royale pour s'imprégner de la culture du pays. Ce grand seigneur de la géographie laotienne se prête à merveille à la croisière à bord d'un luxueux bateau privatisé. Le must : faire halte dans l'archipel de Si Phan Don (« 4000 îles »), dispersé dans un secteur où le fleuve fait 14 km de large, dans le sud du pays.

Meilleure période pour y voyager : de novembre à mars.

 

Tasmanie (Océanie)

Au sud de l'Australie, cette île sauvage grande comme l'Irlande comble toutes les envies. Adobe Stock

Une valeur sûre aux antipodes. Au sud de l'Australie, cette île sauvage grande comme l'Irlande comble toutes les envies et se prête à des expériences très variées : randonnées au milieu de paysages époustouflants dans les parcs nationaux ou le long des côtes, visite de sites historiques et même, pour les fans d'œnotourisme, dégustation de vins dans des domaines viticoles. Les routes sinuent au milieu de forêts luxuriantes composées d'acacias, d'eucalyptus et de fougères arboricoles, où s'égaillent des wombats et des wallabys. Les montagnes tombent dans une mer bleu turquoise et les longues plages de sable blanc, piquetées de rochers de grès roses, immanquablement désertes, invitent à la robinsonnade. Et dans l'assiette, des merveilles gourmandes, dont le homard et les huîtres. Un heureux mélange de Seychelles, de Corse et de Bretagne. Tout pour plaire en 2022 !

Meilleure période pour y voyager : de décembre à mars.

 

Pérou (Amérique du Sud)

La capitale, Lima, s'est imposée comme le haut lieu de la gastronomie en Amérique latine. Si l'on est en quête de nourritures plus spirituelles, cap sur Cuzco, l'ancienne capitale du monde inca et point de départ des visites vers les sites archéologiques de la Vallée Sacrée. L'âme du Pérou se cache dans les ruelles de cette magnifique ville coloniale, dont l'exceptionnel patrimoine architectural est classé par l'Unesco. La cathédrale du XVIe siècle, sur la place d'Armes, entourée d'arcades, vaut à elle seule le détour. Surtout, ne pas oublier l'Amazonie (60% du territoire péruvien !), un autre monde, avec ses couleurs, ses senteurs, ses bruits. Au départ d'Iquitos (accessible uniquement par avion ou par bateau), en compagnie d'un guide naturaliste, on navigue sur des rivières sauvages, on rencontre des communautés indigènes et on s'immerge dans la selva (jungle) pour observer une flore et une faune extraordinaires. Vous avez dit caïmans ?

Meilleure période pour y voyager :

Lima et les côtes, climat tempéré : entre décembre et avril.

Les Andes et le Machu Picchu, climat plus froid : de mai à octobre.

La région amazonienne, climat tropical : juillet et août.

 

Dublin (Europe)

Que faire à Dublin le temps d'un week-end ? Explorer la ville en marchant sur les traces de Leopold Bloom ! Adobe Stock

Dublin égal James Joyce, et James Joyce égal Dublin. L'équation est simple. 2022 marque le 100e anniversaire de la première édition d'Ulysse, l'œuvre monumentale de l'écrivain dublinois. Autant céder à la «Joycemania» et explorer la ville en marchant sur les traces de Leopold Bloom, l'antihéros du célèbre roman. Point de départ de son odyssée urbaine : Sandycove, qui surplombe la baie de Dublin. On s'immerge ensuite dans le centre-ville, où abondent les trésors culturels et architecturaux. Ainsi, la bibliothèque de la prestigieuse université de Trinity College, dans l'élégant quartier géorgien, qui abrite le Book of Kells, illustre manuscrit médiéval, ou la Guiness Storehouse, qui brasse l'emblématique bière noire depuis 1759. Et bien sûr, arrêt obligatoire au Centre James Joyce, dans l'une des plus belles rues de la capitale, et au pub-restaurant Davy Byrnes, où Joyce avait ses habitudes.

Meilleure période pour y voyager : au printemps et en été.

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés